Une approbation qui nous fortifie

colombe« Au même instant, une voix fit entendre du ciel ces paroles : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute mon approbation ». Matthieu 3 :17

Jésus a 30 ans environ, il se présente devant Jean- Baptiste dans les eaux du fleuve Jourdain pour se faire baptiser. Dès qu’il est baptisé et qu’il sort de l’eau, une voix prononce les paroles ci-dessus.

Le message est clair, Dieu le Père fait entendre son approbation sur son fils ; dans d’autres traductions, on trouve plutôt la notion de « celui qui fait la joie du Père » au lieu de « approbation ». Ce jour- là commence le ministère public de Jésus sur terre.

Jésus affronte rapidement l’opposition ; d’abord les attaques du diable qui veut le faire chuter en le tentant dans le désert (Matthieu 4 :1-11), puis il est traité de mangeur, de buveur, d’ami des pécheurs, (Matthieu 9 :9-13 ) d’imposteur, (Matthieu 27 :64), ensuite il est maltraité, injurié, méprisé. (Esaïe 53 :3).

Face à toute cette maltraitance, on voit que Jésus n’a pas utilisé d’armes humaines pour se défendre ; il ne s’est même pas mis en colère, il n’a proféré aucune  menace, n’a pas eu d’éclat de voix, et n’a pas dit de mensonge ; il n’a cherché aucun secours chez les hommes. Quelle force ! Quelle puissance de caractère !

D’où pouvait sortir cette puissance tranquille ? : De l’identité que le Père lui a donnée. Au début de son ministère public, Dieu le Père approuve son fils. Jésus sait qui il est aux yeux du Père et il connaît les plans du Père pour Lui ; bref, en Lui,  il sait qui il est, où et comment il doit marcher.

L’identité de Jésus n’est pas donnée par les hommes, mais par quelqu’un de bien supérieur aux êtres humains limités. Le plan de vie de Jésus est aussi donné et guidé par le Père et non par les circonstances favorables ou défavorables ou par les hommes.

Concrètement, pour nous disciples de Christ aujourd’hui, que nous apprend l’attitude de Jésus, notre Seigneur, à qui devons-nous ressembler ?

-Nous devons rechercher l’approbation de Dieu en faisant ce qui lui plaît, et non celle des hommes.

L’approbation des hommes est conditionnelle, fluctuante. Même si nous le savons, il nous arrive de laisser les propos et les attitudes des autres nous impacter négativement au lieu de rechercher ce que Dieu dit de nous et de nous y conformer.

- Dieu nous a donné une identité : filles et fils de Dieu. Nous sommes ses enfants, son amour pour nous est inconditionnel. Il ne dépend ni de nos compétences, ni de nos possessions, ni de l’estime des autres, ni du nombre d’activités ou de responsabilités que nous pouvons avoir dans l’église ou ailleurs.

-Dieu a un plan parfait pour chacun de nous prévu d’avance , il nous appelle à y entrer. Notre rôle est de lui demander quel est ce plan, il se charge de nous le dévoiler et de nous équiper pour l’accomplir. Si nous acceptons cette volonté que Dieu a d’avoir le contrôle de toute notre vie.

- Ne nous laissons pas détourner de ce que Dieu a prévu pour nous, mais gardons les yeux fixés sur sa volonté, et en nous entourant de ceux qu’Il aura placés autour de nous pour nous encourager dans ce sens.

Jésus avait un objectif : glorifier le Père en sauvant les hommes ; il n’y avait qu’un seul chemin pour y parvenir, la croix ; Il n’a laissé ni les hommes, ni les circonstances l’en détourner car il a puisé ce dont il avait besoin dans le Père.

Francine BEILL