Famille je t'aime
01/03/2017

Un temps pour guérir

La personne abusée paie un grand prix en évoquant les faits : celui de revivre les sévices vécus.

Pourtant, exprimer ses souvenirs lui permet d’éprouver de fortes émotions : la culpabilité, la honte, la colère, conservées et refoulées depuis longtemps.

Évoquer l’agression lui fait découvrir certaines causes de ses comportements réactifs et lui fait prendre conscience qu’elle n’est pas coupable de ce qui s’est passé.

Ce qui n’est pas verbalisé reste dans le cœur et peut le faire éclater.

Parler de la blessure ne change pas l’événement, ni son impact, mais libère une intense émotion conservée depuis longtemps. C’est une étape vitale vers la guérison.

  • Écrivez vos souffrances, parlez-en avec votre plus proche ami,
  • Allez voir un conseiller, à qui vous pourrez lire ces « maux »,
  • Soyez prêts à tourner cette page sombre de votre vie pour qu’une nouvelle page puisse s’ouvrir à vous.

Ceci peut être le début d’une démarche réparatrice.- MB

Extraits du livre « Les petites fleurs ne fanent jamais » de Christiane Bervillé

« L’Esprit du Seigneur m’a envoyé pour guérir
ceux qui ont le cœur brisé »
Ésaïe 61 : 1